Les crédits au taux d'intérêt légal sont passés sous la barre des ... 0,71%...

Les Expertiseurs du Crédit le - Catégorie Crédit immobilier

credit-taux-baisse

Les taux d'intérêt du crédit immobilier ne cessent de baisser depuis quelques années. Les taux n'ont jamais été aussi bas qu'aujourd'hui.

Il y a même la possibilité de bénéficier d'un taux inférieur à 1%. Explications.

Le coût du crédit immobilier chute avec le temps mais pas votre taux d'intérêt fixe

Aujourd'hui, les taux de crédit immobilier pratiqués en France passent sous la barre des 3% depuis le mois de juin, pour les crédits sur une durée inférieure à 20 ans. Les banques pratiquent des taux plus qu'intéressants. Si vous avez contracté un prêt, il y a de cela déjà quelques années, votre taux d'intérêt était certainement beaucoup moins avantageux.

Il s'agit exactement du même cas que les forfaits téléphoniques. Avec l'arrivée de Free, les tarifs de forfait mobile ont chuté considérablement. Je suppose qu'à ce moment-là vous avez couru chez votre opérateur de téléphonie mobile, afin de renégocier votre contrat.

Alors pourquoi ne faites-vous pas de même avec votre contrat de crédit immobilier ? Le contrat de prêt est, de plus, bien plus onéreux qu'un contrat de forfait mobile donc le gain obtenu suite à une renégociation du taux ne pourra qu'être plus important.

Vous vous dites : ils parlent de la barre de 3%. Qu'en est-il des 1% ? Lisez attentivement ceci : 50% des possesseurs de crédit immobiliers conclus en 2010 et après peuvent en bénéficier...


Faut-il renégocier le taux d'intérêt de son contrat de crédit immobilier tout de suite ?

Nous ne savons pas comment les taux d'intérêt des crédits immobiliers fluctueront à l'avenir, s'ils vont augmenter ou encore baisser. Il vaut donc mieux renégocier tout de suite, tant que les taux vous sont favorables.

Les derniers chiffres de l'étude mensuelle de l'Observatoire Crédit Logement / CSA estiment que « tous les crédits immobiliers, s'inscrivent en juillet en-dessous de 3 %. En juillet 2013, la durée des prêts s'établit à 203 mois en moyenne (contre 218 mois en décembre 2012) ».

 

Dans quel ordre procéder ?

Notre conseil est de procéder dans le bon sens :
Etape 1 Voir déjà si votre crédit a un vice de forme. S'il en a un, vous pourriez bénéficier d'un taux inférieur à 1%. Pour vérifier que votre crédit a un vice de forme, il vous suffit de cliquer içi.
Etape 2 Si ce n'est pas le cas, qu'il est conforme en tous points aux règles en vigueur, alors à ce moment-là, mais uniquement à ce moment, tentez une renégociation pour passer sous la barre des 3%.

 

Comment passer sous la barre des 1% ?

Tout comme nous avions vu, avec les opérateurs téléphoniques, qu'il était devenu courant de faire jouer la concurrence, une brèche commence à s'ouvrir pour les crédits immobiliers.

Les vices de forme !

50% des crédits en recèlent. C'est donc une faute du banquier. Notre onglet "pourquoi" détaille très précisèment de quoi il s'agit.

Et sa sanction est la suivante : appliquer le taux légal. Et depuis 2010, ce taux légal est toujours inférieur à 1%. Cela revient à une renégociation, avec un banquier fautif, qui permet de bénéficier d'un taux qui soit sous la barre des 1%...


Faut-il renégocier ou obtenir un nouveau de contrat de crédit immobilier chez un concurrent ?

Pour le cas où cette première étape ne s'avérait pas concluante, et donc que votre crédit immobilier s'avérait en totale conformité par rapport aux règles en vigueur, il faut alors envisager la renégociation.

Vous pouvez alors soit contacter votre propre banque, soit faire jouer la concurrence et aller voir d'autres établissements bancaires.

Si vous allez voir votre banque, celle-ci peut vous accorder une renégociation à la baisse de votre taux d'intérêts. En effet, les banques acceptent ce genre d'accord à l'amiable car avec la masse de clients demandant à renégocier leur contrat, la banque perdrait trop de clients à refuser ce genre d'accords. Cependant, votre banque ne vous accordera jamais un taux aussi attractif que celui pratiqué par les autres banques.
La renégociation de votre taux de crédit avec votre banque a un coût, elle vous refacturera des frais de dossier afin de pouvoir re-rédiger un autre contrat de crédit immobilier.

Si vous décidez de faire jouer la concurrence et que celle-ci est à un prix plus avantageux que votre propre banque, cela vous coûtera aussi de l'argent. Il vous faudra payer des indemnités de remboursement anticipées à votre banque initiale, si vous n'avez pu les faire enlever initialement. Ensuite, vous devrez recommencer le contrat de crédit depuis le début avec votre nouvelle banque, vous aurez un nouveau contrat, de nouvelles clauses.

En raison du coût de la renégociation de son taux d'intérêt de crédit immobilier, il vaut mieux renégocier à partir d'un point d'écart en moyenne entre le taux actuel et le taux que vous avez obtenu. Et il vaut mieux renégocier un prêt où l'on paye beaucoup d'intérêts pour une période longue. Ça ne sert strictement à rien de renégocier son taux d'intérêt pour un prêt qui se termine dans les prochains mois. Avec le prix déboursé pour cette opération, il faut au moins encore avoir entre 8 et 10 ans d'intérêts à payer.

Mais attention, si votre situation monétaire s'est aggravée depuis que vous avez contracté votre prêt, n'espérez pas pouvoir renégocier. Le but de l'opération de prêt pour le banquier est que vous puissiez le rembourser et que vous puissiez payer vos intérêts. Si vous êtes déjà un mauvais payeur, il ne voudra pas revoir à la baisse votre taux d'intérêt. C'est illogique, mais c'est ainsi.

Tentez de renégocier maintenant le taux d'intérêt de votre contrat de prêt, pendant que les taux pratiqués sont encore attractifs. Mais négociez un taux qui permette de dégager une forte somme en votre faveur, afin de pouvoir payer les frais afférant à l'opération.

Voilà, la période est propice aux emprunteurs. Mais avancez dans le bon ordre.... Encore une fois, la priorité, c'est de faire diagnostiquer votre crédit. cliquez içi.

L'incroyable devient donc réalité : avoir un taux de crédit inférieur à 1%. Pas du fait du marché, mais du fait d'une erreur de formalisme sur votre crédit.