Barclays condamné à rembourser 300.000 clients suite à des erreurs de taux

Les Expertiseurs du Crédit le - Catégorie Résultat actions juridiques

barclays-credit-immobilier-erreur

Vous le savez désormais : les crédits immobiliers sont soumis à des règles strictes. En Angleterre, la banque Barclays va devoir rembourser 118 millions d'euros, suite à des erreurs de taux.

Consommateurs français, c'est à votre tour...

Les erreurs de la Barclays

Cette nouvelle, diffusée par The Times, montre encore une fois qu'aucun établissement financier n'est infaillible. Il est cependant vrai que, depuis deux ans, la Barclays cumule : manipulation du taux interbancaire Libor, ventes abusives d'assurance-crédit, etc.
Ces actualités du passé relevaient d'une démarche intentionnelle. Les dirigeants de l'époque ont d'ailleurs dû démissionner, sous la pression du scandale que cela entraînait.

Là, dans ce cas de figure précis, il s'agit d'une erreur technique. Non intentionnelle, et donc sans aucun soupçon de malhonnêteté. Reconnaissons la grande complexité du respect de règles strictes et de leur application dans la pratique. C'est ce processus qui pose problème aux établissements prêteurs.

En l'espèce, la Barclays reconnait « avoir trouvé des erreurs techniques et identifié un certain nombre de problèmes au niveau des informations contenues dans certains relevés et avis d'arriérés liés au prêts des clients ».
Leur porte parole ajoute d'ailleurs « En raison de ces erreurs de notification, des intérêts n'étaient pas dus sur certains comptes durant la période au cours de laquelle Barclays a fait cette erreur, et les clients ont le droit de voir leurs intérêts remboursés ».

The Times estime que 300.000 clients auraient pu être touchés et que la facture finale s'élèvera à 100 millions de livres, soit près de 118 millions d'euros !


Quid des crédits immobiliers en France ?

La grande différence que nous pouvons constater, c'est qu'il est peu probable qu'un établissement financier en France avoue de lui-même une erreur. La corrige et surtout la dédommage... C'est ainsi.

Et pourtant, de telles erreurs et bien d'autres encore sont courantes. Répétons-le encore une fois : sans intention malhonnête, mais simplement par cette complexité d'adapter un cadre général strict et maîtrisé, à des situations à chaque fois particulières.

Le résultat ? Une foison d'erreurs !

Notre action vise à développer auprès du plus large public cette information. Et surtout le service qui y est attaché : des compétences pointus dans le domaine du droit bancaire, pour arriver à des conclusions étayées et irréfutables.

Nous savons aujourd'hui qu'il y a des sommes considérables à récupérer pour les emprunteurs.

Un bémol ? Dans le contexte actuel des jugements rendus, cette action ne peut intéresser que les crédits qui ont été conclus en 2010 et après. C'est votre cas ? Il vous suffit de cliquer içi pour voir comment en avoir le coeur net. Une seule option : faire diagnostiquer votre crédit.

L'Angleterre et la Barclays précurseurs ? Sans doute à une telle échelle. Mais, en France également, certains consommateurs avisés savent aussi faire en sorte de voir leurs droits respectés.